Impatient

Découvrez des articles relatifs aux médecines alternatives, medecines douces, hypnose, osteopathie, sophrologie, sexualité, homeopathie

  • Catégories

  • Articles les plus consultés

  • Articles récents

  • RSS Osteopathe à Paris

    • Sites Référents en Ostéopathie 16 janvier 2013
      Livres d'Ostéopathie Ostéopathe et Grossesse Ostéopathe pour Bébé et Nourrissons Pdf Google Page Perso sur Medecines-Douces
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • Symposium d'Ostéopathie Périnatale et Pédiatrique. Novembre 2012 13 novembre 2012
      Ce mois-ci, 3 évènements: le Symposium d'Ostéopathie Périnatale et Pédiatrique, un article sur notre confrère de Narbonne dans le journal La Dépêche s'interrogeant à juste titre sur les formations en ostéopathie, et le triste sort de nos confrères de Bordeaux Symposium d'Ostéopathie Périnatale et Pédiatrique La SEROPP (Société Européenne de Re […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • Pour quelles raisons faut-il faire le Grand Ménage dans les Ecoles de Formation en Ostéopathie ? 5 juin 2012
      Depuis des années que nous parlions de la problématique des écoles de formation en ostéopathie, le Journal Le Monde vient de sortir un article allant dans notre sens. Le Syndicat national de l'enseignement supérieur en ostéopathie (Sneso) a lancé, mardi 5 juin, un référentiel de formation, intitulé "Devenir ostéopathe, agir avec compétence", s […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • Abord Ostéopathique de la Périnatalité 30 juin 2011
      PRESENTATION DES INTERVENANTS Jean- Marie BRIAND Ostéopathe DO MROF Chargé d'enseignement à Paris VII Denis Diderot Attaché à la maternité de l’Hôpital privé d’Antony Thierry LEBOURSIER Ostéopathe DO MRO F Université Paris V René Descartes et à Paris VII Denis Diderot Attaché à la maternité Ambroise Paré (Bourg la Reine) Alain BENOIT MD Pédiatre néonata […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • Manipulations vasculaires viscérales. Livre d'ostéopathie viscérale & vasculaire 19 novembre 2010
      Par Jean-Pierre Barral, Alain Croibier Cet ouvrage présente une approche novatrice et inexplorée de l'ostéopathie viscérale. En effet, Jean-Pierre Barral et Alain Croibier proposent, en se basant sur l'anatomie et la physiologie, de manipuler les artères pour influer sur les viscères et les organes en augmentant l'irrigation de ceux-ci. Les ar […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • L'anneau pelvien. Livre d'ostéopahtie pelvienne 18 novembre 2010
      Par Thierry Liévois, Jean Peyrière Pour pratiquer l'ostéopathie, il faut savoir corriger la posture de son patient. Un ajustement mécanique correct du corps permet d'agir sur le système organique et contribue au rétablissement de la bonne santé. Tout traitement ostéopathique doit commencer par l'examen du pelvis et son équilibration. Le pelvis […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • Textes fondateurs de l'osteopathie / champ cranien. Livre d'ostéopathie cranienne 17 novembre 2010
      Par Sutherland, Henri O. Louwette "Tout ce qui n'est pas transmis est perdu." C'est avec cet esprit de partage du savoir que cet ouvrage réunit les textes fondateurs de l'ostéopathie dans le champ crânien… Grâce à l'adjonction d'annexes, cette édition devient un réel outil méthodologique; la bibliographie commentée de l […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • Guide d'ostéopathie : Techniques pariétales. Livre de techniques pariétales et ostéopathie 16 novembre 2010
      Par Torsten Liem, Tobias-K Dobler, Georges Pech, Christophe Prudhomme Ce précis montre la riche expérience d'une équipe d'auteurs internationale, présentée de façon condensée et proche de l'exercice quotidien. Les auteurs présentent : Les principes élémentaires du diagnostic et de la thérapie, accompagnés de l'examen clinique, du choix de […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • Bases physiologiques de l'ostéopathie. Livre d'ostéopathie et conception physiologique 15 novembre 2010
      Par I.-M. Korr Ce livre est un recueil des plus importants articles publiées par le Pr Irvin Korr, éminent physiologiste américain. Il a consacré plus de 30 ans de sa vie de chercheur à essayer de mettre scientifiquement en évidence les mécanismes neurobiologiques mis en jeux par les thérapies manipulatives, apportant ainsi à l'ostéopathie une justifica […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
    • Ostéopathie : Recherche et pratique. Livre d'ostéopathie recherche et pratique 14 novembre 2010
      Par Andrew Taylor Still, Pierre Tricot Ostéopathie - Recherche et pratique (1910) est l'ultime ouvrage de Still. Ce livre peut, à juste titre, être considéré comme un résumé de son cheminement ostéopathique et comme un testament légué à ses successeurs. Il y rappelle tous les fondements déjà présentés dans les ouvrages précédents et développe de manière […]
      Valérie TOUATI-GROSS Ostéopathe D.O. à Paris
  • RSS A Propos d’Hypnose Ericksonienne à Paris

    • Quid de l’Hypnose : Le Monde s’attaque au sujet 23 janvier 2014
      Lorsque Le Monde s'ouvre à l'Hypnose et l'Hypnose s'ouvre au Monde... L’Hypnose est enfin prise au sérieux. Pour ceux qui seraient passés à côté de l’info, le quotidien Le Monde consacrait en effet à l’hypnose médicale un dossier spécial dans son édition du 20 janvier dernier. L’occasion de faire le point sur cette pratique souvent décrié […]
      Laurent GROSS
    • Hypnose: Yves Halfon et Adrien Menard démystifient l'Hypnose Thérapeutique 10 juillet 2013
      J'ai le plaisir de vous présenter aujourd'hui une vidéo d'Yves Halfon et Adrien Menard sur l'Hypnose.Yves Halfon est psychologue, hypnothérapeute, directeur de l'IMHEN, vice président de la Confédération Francophone d'Hypnose et de Thérapie Brève et Adrien Ménard, psychologue, psychothérapeute (TCC et hypnose) Hypnose: définitio […]
      Laurent GROSS
    • Antoine BIOY, promu au titre de Professeur ! 11 juin 2013
      C'est avec joie, que nous apprenons ce jour, que notre confrère Antoine Bioy de l'IFH Institut Français d'Hypnose, vient d'être nommé au titre de Professeur des Universités. Il a développé, nous dit le rapport de l'IFH, "lors des auditions un axe autour de l'hypnose et des approches contemporaines en psychopathologie du som […]
      Laurent GROSS
    • Le pouvoir des histoires thérapeutiques. L’hypnose érickonienne dans le traitement des traumatismes psychiques 11 juin 2013
      Enfin, la réédition tant attendue de ce best-seller de notre amie Evelyne Josse, vient de paraître Les histoires thérapeutiques s’avèrent d’une grande efficacité quand elles sont utilisées judicieusement par des thérapeutes confirmés en hypnose éricksonienne. Évelyne Josse dévoile ici les rouages de cette technique qui s’applique dans le traitement des stres […]
      Laurent GROSS
    • Torture et violences sexuelles dans les conflits armés, des liens étroits. Evelyne Josse 3 avril 2013
      On ne peut plus aujourd'hui, passer sous silence les travaux de notre consoeur Evelyne Josse qui est psychologue, hypnothérapeute, praticienne EMDR et consultante en psychologie humanitaire. A l’ombre des conflits armés prolifèrent à la fois les actes de torture et les violences sexuelles. Cette fréquente association ne laisse pas d’interroger. Les agre […]
      Laurent GROSS
    • Adieu Jean-Paul. de l'Hypnose Traditionnelle à l'Hypnose Ericksonienne 18 février 2013
      Certains l’ont connu, d’autres ont lu ses écrits, mais la plupart d’entre nous l’ont vivement critiqué. Personnage étrange et attachant à la fois, à la fois « copieur » et emprunteur d’un autre de mes Maîtres en la personne du Pr CHERCHEVE, il aimait déjeuner avec moi, et ne ratait jamais l’occasion de m’adresser ses bons vœux sincères. S’il est vrai que sa […]
      Laurent GROSS
    • Laurent GROSS présente Jean-Claude AMEISEN... Sur les épaules de Darwin 1 janvier 2013
      Une fois n'est pas coutume, je vous présente un ouvrage non thérapeutique, ne parlant pas d'hypnose médicale, mais néanmoins magnifique, plein d'humanité. Ce livre est un voyage. Un voyage à la découverte d'un Univers toujours plus riche et mystérieux... Un voyage à la rencontre de nous-mêmes. A la découverte de la manière dont nous déchi […]
      Laurent GROSS
    • L'EMDR expliquée simplement, une Vidéo de la tv Suisse sur cette Thérapie 24 novembre 2012
      Dès 1989, Francine Shapiro publie la première étude scientifique contrôlée sur l’EMDR. Les données portent sur 22 personnes, souffrant depuis des années de traumatismes psychiques malgré toutes les thérapies entreprises. Il s’agit de victimes de viol, d’agression, ou encore d’anciens combattants du Viêtnam dont la pathologie correspond au diagnostic d’état d […]
      Laurent GROSS
    • Hypnose, EMDR, IMO, Thérapies Brèves, Formations sur Paris, Nantes, Rennes, Avignon: les Sites Référents 15 novembre 2012
      Sites d'actualités et Annuaires de Thérapeutes Les Sites Référents: Hypnose Thérapeutique à Paris Le Site "Historique" sur l'Hypnose Thérapeutique à Paris, créé par Laurent Gross et Sylvie Bellaud en 1997 ! Eh oui, déjà... Les dernières actualités des congrès, des forums, des livres de thérapie Hypnose Ericksonienne et Thérapies Brèves Co […]
      Laurent GROSS
    • Etiologie de la dépression et du Burn-Out. 24 octobre 2012
      Y a-t-il une différence entre le burnout et la dépression ? Laurent Gross et Sylvie Bellaud accueillent Danie Beaulieu La dépression peut avoir plusieurs causes qui sont principalement associées à des stresseurs endogènes. Elle peut être engendrée par : - Des évènements particulièrement éprouvants ( positifs ou négatifs ) qui dépassent nos capacités du momen […]
      Laurent GROSS
  • Meilleurs clics

    • Aucun
  • avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Catégories

  • Pages

  • Méta

  • RSS Thérapeutes

    • ADJADJ-BORLA Laurence
      Laurence ADJADJ-BORLA, hypnothérapeute à Marseille ADJADJ-BORLA Laurence Cabinet Hypnose Ericksonienne Marseille Thérapies Brèves EMDR Medecines Intégratives Hypnose Ericksonienne Marseille Cabinet d'Hypnose Ericksonienne, de Psychothérapies Brèves, d' EMDR-IMO de Marseille 13006 Formation Institut Emergences Rennes Dr Claude VIROT, Institut Membre […]
    • CANCEL Myriam
      Myriam Cancel Thérapeute IMO à Aix en Provence CANCEL Myriam Thérapies Complémentaires Thérapeute EMDR, Psychologue, 

Thérapies Brèves, Anime des 
Groupes de parole, 
Analyse des pratiques
, Supervision
, Psychothérapeute,
Thérapie Brèves, Praticienne Certifiée IMO sur Aix-en-Provence   Psychologue Clinicienne de formation, j'ai exercé ma fonction à te […]
    • Dr SERVILLAT Thierry Psychiatre, Hypnothérapeute, Institut Milton Erickson de Rezé, Hypnose Ericksonienne, Thérapies Brèves
      Dr Thierry Servillat Dr SERVILLAT Thierry Psychiatre, Hypnothérapeute, Institut Milton Erickson de Rezé, Hypnose Ericksonienne, Thérapies Brèves Liste d'articles Institut Milton H Erickson de Rezé Psychiatre, Psychothérapeute à Nantes (France). Ancien Chef de Clinique. Ancien Président de la Confédération Francophone d’Hypnose et de Thérapies Brèves (CF […]
    • LOVENS Veronique Sexologue Clinicienne Sexotherapeute Liege 4020
      LOVENS Sexologue Paris LOVENS Veronique Sexologue Clinicienne Sexotherapeute Liege 4020 Sexologue Clinicienne à Liège. Maître-Assistant Sexologue Paris Sexologie à Paris Master en Sexologie à l’Université de Liège (Belgique) Titulaire d’une maitrise en  sexologie Formée aux tests de personnalité  par le Professeur C.MORMONT (Test de Rorschach système intégré […]
    • GROSS Laurent Hypnotherapeute Paris, Therapie Breve Paris, Chargé de cours Hypnose Ericksonienne, EMDR-IMO, 75011 Paris
      Laurent Gross Hypnose Ericksonienne Paris Hypnotherapeute Ericksonien EMDR GROSS Laurent Hypnotherapeute Paris, Therapie Breve Paris, Chargé de cours Hypnose Ericksonienne, EMDR-IMO, 75011 Paris Praticien, Enseignant en Hypnose Ericksonienne, Hypnose Thérapeutique. Président du Collège d'Hypnose Ericksonienne Cabinet Hypnose Paris Hypnose Ericksonienne […]
    • BONHOMME Laurence, Sophrologue et Coach à Lyon 69009
      TCC BONHOMME Laurence, Sophrologue et Coach à Lyon 69009 Page de Laurence BONHOMME Sophrologies.fr Practeam Sophrologies.eu Diplômée Institut Psychothérapie et d'Enseignement en Sophrologie (IPEES Lyon) Sophrologue et coach Formée à l'Analyse Transactionnelle, Thérapies Cognitives et Comportementales et coaching. Spécialisée dans la gestion du stre […]
    • LESOEURS Guy
      Guy Lesoeurs LESOEURS Guy Guy Lesoeurs Integration Mouvements Oculaires Medecines Intégratives Psychanalyste, Psychiatrie Transculturelle, Cure Analytique Praticien IMO Intégration par les Mouvements Oculaires Membre de la Fédération Freudienne de Psychanalyse et de la Fédération Nationale de Psychanalyse, Sexothérapeute, Auditeur libre (depuis 2001) de la S […]
    • Dr STIMEC Isabelle
      Dr Isabelle STIMEC, hypnose ericksonienne rezé-nantes Dr STIMEC Isabelle Thérapies Complémentaires CITI Psychiatre - Psychothérapeute Hypnose Ericksonienne Activité libérale de psychothérapie au CITI DU de Théorie et Clinique des Psychothérapies DU de Médecine Préventive de l'Enfant Conférencière aux Congrès et Forums de la Confédération Francophone d […]
    • Dr LELARGE Elise
      Dr Elise Lelarge Hypnose à Nantes - Rezé Dr LELARGE Elise Psychiatre, Psychothérapeute, Hypnothérapeute à Nantes-Rezé. Thérapies Complémentaires Hypnose-Ericksonienne.org Psychiatre. Ancienne assistante des hôpitaux de Nantes. Activité libérale de psychothérapie au CITI - Centre Interdisciplinaire de Thérapie Intégrative. Conférencière aux Congrès et Forums […]
    • AUDRAIN-SERVILLAT Bernadette
      Hypnose à Nantes - Rezé, Bernadette Audrain-Servillat AUDRAIN-SERVILLAT Bernadette Thérapies Complémentaires Citi Institut Milton H. Erickson de Rezé Hypnose Ericksonienne Thérapies Brèves Psychothérapeute, Diplômée de l'Université de Nantes. Activité libérale de consultation de psychothérapie au CITI, Centre Interdisciplinaire de Thérapie Intégrative I […]
    • GARNIER Pierre-Henri
      Pierre-Henri GARNIER Hypnose à Rezé près de Nantes GARNIER Pierre-Henri Centre Interdisciplinaire Thérapie Intégrative Thérapies Complémentaires Hypnose-Ericksonienne.org Hypnose-Medicale.EU Therapeutes.EU Hypnose-Ericksonienne.FR Hypnose Ericksonienne Psychologue clinicien, docteur en sciences de l'information et la communication. Enseignant Associé à […]
    • PASQUALIN Françoise
      Françoise Pascalin, EMDR à Strasbourg PASQUALIN Françoise IETSP Psychologue Clinicienne et Psychothérapeute reconnue par l’ARS (Agence Régionale de la Santé) exerçant en activité libérale
 Diplômée en Psychologie Clinique des Universités de Strasbourg, Paris V et Paris VII 
Certifiée : - Praticienne et Superviseur EMDR-EUROPE  - Hypnothérapie Ericksonienne - […]
    • LEONI VAN GAVER Françoise
      leoni-van-gaver-francoise.jpg LEONI VAN GAVER Françoise Françoise Leoni Intégration Mouvements Oculaires - Coach certifiée SICPNL - Consultant certifié en Gestion du Stress - Certifiée Format'kiné en massage californien thérapeutique - Praticien en hypnose ericksonienne élève de Stephen Gilligan - Maitre praticien en PNL certifiée REPERE; élève de Rober […]
    • MAES-VIGER Delphine
      maes-viger-delphine.jpg MAES-VIGER Delphine Delphine MAES-VIGER Psychothérapie Humaniste et Intégrative 
Hypnose Ericksonienne
 Praticienne EMDR-IMO Thérapie d'Impact, Méthode NERTI, Psychanalyse, Relaxothérapie Analytique Jungienne, Sophrologie Centre Le Nemo 1086 avenue Albert Einstein Montpellier 34000France Téléphone: 06 63 69 54 75 […]
    • YOU Diana
      Diana YOU, Sexologue Lyon Venissieux, Thérapeute IMO YOU Diana A côté de Lyon, à Vénissieux... Intégration Mouvements Oculaires Thérapies Complémentaires Sexologue Clinicienne, Hypnose Ericksonienne, Psychothérapie, Thérapie Brèves IMO Intégration par les Mouvements Oculaires, Certifiée par Danie Beaulieu. Ancienne infirmière, j’ai ouvert une consultation de […]
    • FAYOUX Caroline
      carolin fayoux sophro-analyse FAYOUX Caroline Medecines Intégratives Sophrologue Sophro-Analyste Diplomée de l'Ecole de Sophrologie Michèle Freud Formations pour la sophrologie et la sophro-analyse. - gestion du stress et l'anxiété - développement personnel, la confiance en soi, l'estime de soi - entretien des capacités cognitives : concentrat […]
    • CHAVENON Sandrine
      Sandrine Chavenon EMDR-IMO CHAVENON Sandrine Medecines Intégratives Coresens Psychologue (DE) Praticienne EMDR-IMO, Certifiée par Danie Beaulieu Psycho-énergétique Toucher métamorphique Danse-thérapeute Animatrice de l'Atelier des Parents Qui que nous soyons, nous avons tous subi des traumatismes, au sens large du terme. La plupart du temps, nous avons […]
    • BOUCHARD Nathalie
      Nathalie Bouchard, EMDR-IMO, PNL, Psychothérapie BOUCHARD Nathalie Integration Mouvements Oculaires Nathalie Bouchard Medecines Intégratives Psychothérapie Thérapie brève Thérapie d'impact Hypnose Ericksonienne Intégration par les Mouvements Oculaires IMO-EMDR HTSMA Certifiée en Hypnose Ericksonienne en 2007 par Jane Turner Certifiée en HTSMA en 2009 pa […]
    • CUNHA PERINEL Ode
      Ode Cunha Perinel CUNHA PERINEL Ode Medecines Intégratives Psychothérapie - Thérapie brève IMO Enfants , Adolescents, Adultes L'approche psychothérapeutique mise sur la connaissance de plusieurs techniques pour discerner au plus près les besoins d'une personne. Une psychothérapie se veut efficace lorsque les techniques abordées conduisent à la poss […]
    • CALATAYUD Catherine
      CALATAYUD Catherine Medecines Intégratives Psychothérapie (IFPA Avignon)    Sophrologie (Institut Alain Zuili Avignon) PNL (Institut de Communication Humaine Aix en Provence) Chemin Départemental 10 quartier brasserie Saint Chamas 13250France Téléphone: 04 90 50 92 94 43° 33' 2.4084" N, 5° 2' 4.2288" E […]
  • medecinedouce

  • RSS Agenda en Sophrologie

Articles Tagués ‘Sexualité’

Cystites: Efficacité de l’homéopathie

Publié par Impatient le 10 juin 2009

homeo

Les cystites ou infections urinaires ne sont pas une fatalité et nombreux sont les remèdes homéopathiques, permettant de les calmer, voire de les faire disparaître.

Les cystites ou infections urinaires ne sont pas une fatalité et nombreux sont les remèdes homéopathiques, permettant de les calmer, voire de les faire disparaître.

Désespérantes pour les médecins par leur persistance, trop souvent revenues chez les femmes, les cystites sont liées aux émotions. Pour les médecins une cystite est une inflammation de la muqueuse de la vessie, pour les femmes c’est cette brûlure, parfois insoutenable, qui oblige à se vider la vessie très fréquemment, ce qui ne soulage d’ailleurs pas toujours ! Les femmes en sont affectées beaucoup plus souvent que les hommes pour des raisons anatomiques bien simples : l’orifice urinaire (ou méat urinaire) est situé à l’entrée du vagin juste en dessous du clitoris et, de plus, les organes génitaux féminins sont assez situés près de l’anus… Il est donc "facile" pour des microbes de coloniser cet orifice et, si les conditions s’y prêtent, de déclencher une infection ou au moins une inflammation… "ça brûle !!!".
Les conditions favorisantes sont nombreuses:

- ne pas boire suffisamment ;
- être constipé ou avoir des problèmes d’intestin ;
- ne pas avoir une très bonne hygiène locale et on doit souvent rappeler aux petites filles ou à leurs mères qu’il faut éviter d’essuyer la vulve d’arrière en avant ;
- avoir trop d’hygiène locale ; car les savons trop décapants utilisés au niveau vaginal ou vulvaire abîment la flore vaginale destinée à nous protéger des germes étrangers (comme la flore buccale en d’autres lieux) ;
- oublier que le sexe masculin se nettoie avant les rapports vaginaux sans préservatif ;
- avoir des rapports non protégés avec un homme lui-même affecté d’une infection urinaire ou prostatique, parfois chronique et indolore. Alors la cystite s’accompagne d’une vaginite avec les mêmes microbes que le partenaire ;
- avoir une alimentation qui favorise l’inflammation de la muqueuse vésicale (asperge, acides);
- enfin, prendre des antiseptiques urinaires à la moindre gêne, ce qui calme provisoirement mais empêche de tuer vraiment le microbe en cause.

Pourquoi apparaissent-elles ?

La plupart des patientes qui viennent consulter un homéopathe ont déjà eu de nombreuses cystites : qu’il y ait eu ou non d’examen des urines, elles ont pris chaque fois un antibiotique (ou d’elles-mêmes un antiseptique urinaire) avec un soulagement… provisoire ! Toutes demandent une vraie guérison.

Lorsqu’une anomalie d’ordre congénital ou infectieux modifie la forme des conduits urinaires ou lorsqu’il y a un obstacle, par exemple un calcul, la vraie réponse est chirurgicale. Mais, dans l’attente de l’intervention, en particulier chez le jeune enfant, il peut être habile d’utiliser des dilutions homéopathiques de Colibacillinum 15 CH (1 dose tous les quinze jours ou tous les mois) tout en continuant de contrôler régulièrement les urines. Cette stratégie permet de piéger le germe qui infecte les urines de manière plus efficace que la fameuse couverture antibiotique de plusieurs mois qui sélectionne les résistances microbiennes et rend les récidives très difficiles à contrôler.

À l’étranger, il est possible de se procurer des souches microbiennes autres que le colibacille (ou Escherichia Coli) comme Proteus mirabilis ou Klebsiella. Ces remèdes auraient pour effet de stimuler les défenses immunitaires de l’hôte contre l’envahisseur. Cette technique de traitement est utilisable dans tous les cas d’infections occasionnées par de tels germes : tous ceux que nous autres, médecins, rencontrons dans les problèmes de cystite sont des germes normaux de notre flore intestinale mais qui n’ont rien à faire dans les voies urinaires.

Au-delà de la réponse spécifique à l’épisode infectieux, l’homéopathe va également s’intéresser aux conditions d’apparition de l’infection : telle jeune femme qui découvre sa sexualité et ses brûlures du lendemain peut être soulagée par une dose de Staphysagria 15 CH, surtout si son partenaire a été un peu malhabile ou décevant. Même remède pour une cystite survenant après une déception, une contrariété ou encore une colère, ce qui ne dispense jamais de faire un examen d’urine pour identifier le germe incriminé, et éventuellement recourir aux antibiotiques.

Certaines personnes font des cystites chaque fois qu’elles subissent un geste médical au niveau urinaire (sondage) ou génital (bilan uro-dynamique ou rééducation du périnée) : la prise de Eryngium aquaticum 9 CH ou de Populus tremoloïdes 9 CH avant chaque examen peut éviter ces douleurs. Parfois, le médecin devra procéder à une véritable enquête avant de découvrir qu’Agnès a des infections depuis qu’elle ne prend plus la pilule, parce que son partenaire est porteur d’une prostatite chronique à colibacille.

Ou que Marie a toujours des infections à Proteus, germe plutôt résistant, quand elle boit l’eau de son puits et à simples colibacilles quand elle boit de l’eau minérale : le puits serait-il contaminé? l’enquête suit son cours…
En outre, certains profils de femmes semblent plus sensibles que d’autres.

Ainsi, notre amie Sepia, parfois morose ou dépressive, exprimera sa détresse par des cystites… à moins que ce ne soient les cystites qui la dépriment.

Platina, dite théâtrale et compliquée mais souvent simplement mal à l’aise quand elle n’est pas chez elle, est constipée lors des voyages et y ajoute souvent des cystites.

Pulsatilla, plus timide et discrète, ne boit pas suffisamment et a des brûlures avant ses règles, par congestion du périnée.

Ambra Grisea, très impressionnable dès qu’il y a des étrangers, est aussi une jeune fille inquiète qui ira uriner, parfois avec des brûlures, plusieurs fois le soir avant d’aller se coucher, faisant craindre une vraie cystite là où il n’y a qu’une anxiété à apaiser.

Arsenicum album correspond plutôt à un homme inquiet mais aussi agité, que ses cystites accompagnées souvent de diarrhées réveillent la nuit vers 1 heure du matin. Lycopodium, aussi perfectionniste que le précédent est anxieux, est souvent constipé ou gêné aux niveaux digestif et urinaire avec parfois des calculs urinaires qui favorisent les infections à répétition. Le profil le plus désespérant, car il semble que rien ne le soulage et que les traitements antibiotiques ne fassent qu’anticiper sur le prochain épisode infectieux dû à un autre germe, encore plus résistant, c’est Silicea.

Publié dans Pathologies, Traitement | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Orgasme multiple: Le TAO de la Sexualité

Publié par Impatient le 13 mai 2009

" L’orgasme multiple de l’homme et sans éjaculation n’est pas un mythe. Les techniques de bioénergétique taoïstes peuvent y conduire ", explique Matéo Magarinos, qui organise des stages de bioénergétique taoïstes animés par Juan Li, élève de Mantak Chia, auteur de plusieurs livres sur ce sujet. " Alors que certaines écoles d’énergétique chinoise (qi gong, taï chi) mettent trop l’accent sur les postures, l’enseignement de Mantak Chia privilégie le ressenti intérieur. Dans ce cadre, il développe un enseignement sur la sexualité, car c’est une énergie tout à fait exceptionnelle et qui a pour caractéristique de pouvoir se multiplier indéfiniment. Le but de cet enseignement n’est pas utilitaire, il ne peut être dissocié d’une pratique globale, qui est une voie de développement spirituel. "

Comme le tantrisme indien, le taoïsme chinois a produit de nombreux écrits sur la sexualité, proches d’une sorte d’alchimie intérieure. Certaines techniques sexuelles complexes, décrites dans des ouvrages anciens, sont assimilées à des recettes d’immortalité. Là encore, il s’agit avant tout de textes symboliques. Le taoïsme, comme le tantrisme, se fonde sur un sentiment d’unité avec le monde, vécu dans la double polarité yin-yang, masculine-féminine. Le développement de cette conscience se fait à l’aide des techniques énergétiques : qi gong, massages, respiration, méditation, travail sur le son. D’une manière plus systématique peut-être qu’en Inde, le taoïsme s’est penché sur l’application de ces techniques au domaine de la sexualité. " Le tao de la sexualité consiste dans la guérison, la multiplication et la transformation de l’énergie sexuelle. Les femmes apprennent à libérer l’énergie et la force de leurs ovaires, les hommes la force du sperme, pour les faire circuler consciemment dans le corps ", écrit Maitreyi Piontek, élève de Mantak Chia, dans Le Tao de la femme (éd. Le Pré aux Clercs).

Mantak Chia est l’un des rares auteurs qui ait développé l’aspect sexuel de l’énergétique chinoise.
Un travail de pionnier. Mais l’utilisation de ces techniques dans le seul but de développer les performances sexuelles risque, ici encore, de déboucher sur bien des illusions et des déboires. À cet égard, certaines expressions utilisées dans les livres de Mantak Chia (l’homme multi-orgasmique ou le kung-fu sexuel) prêtent à confusion. Mais, heureusement, il montre bien que les techniques proposées ne sont pas séparables d’une philosophie globale, qu’elles relèvent d’une véritable spiritualité du corps.

R. P.

Publié dans Sexualité | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tantra, Tantrisme : une voie à découvrir

Publié par Impatient le 13 mai 2009

" S’abondonnant au flot passionné
Montant et griffant,
Faisant sourdre un intense plaisir
Lacérant leurs corps avec ardeur,
Ils mettent fin à l’illusion
Dans cette dissolution de la dualité,
Par le goût du désir
Pendant l’expérience de l’identité,
Les amants goûtent à un plaisir
Inexprimable et jamais encore touché."
Venu de l’Inde, c’est un art de l’extase amoureuse plutôt qu’un ensemble de techniques pour améliorer les performances sexuelles.

Écrit au huitième siècle, ce poème tantrique du Nord de l’Inde (traduit en français par Daniel Odier) est typique d’une époque où cette philosophie hors normes rayonnait sur ce continent.

Dans le tantrisme, les femmes sont considérées à l’égal de l’homme et même comme ses initiatrices. Ce poème a d’ailleurs été écrit par une femme qui était une yoginî, c’est-à-dire une maître spirituelle. Depuis cette époque, on trouve en Inde de nombreux temples, ornés de multiples sculptures érotiques qu’on ne verrait jamais dans nos églises. Plus étonnant, du nord au sud, un culte est rendu au linga et à la yoni qui représentent les organes génitaux masculins et féminins.
L’érotisme est une composante de l’art et de la spiritualité qui a de quoi fasciner les Occidentaux. À une époque où le sexe s’affiche et se vend dans des conditions inimaginables, sans que les inhibitions sexuelles aient vraiment disparu, la voie proposée par le tantrisme indien semble d’autant plus fascinante que le sexe s’y mêle au sacré. S’inspirant des rites sexuels tantriques, les stages qui se réclament du tantrisme se multiplient chez nous.

Apparences trompeuses

Pourtant, les apparences sont trompeuses. Bien que le culte de divinités féminines soit pratique courante, la société indienne maintient les femmes dans une position de soumission à l’homme. Le pays du Kamâ-sûtra ou " Traité du plaisir " reste très puritain et de nombreux Indiens réprouvent sinon la totalité du tantrisme, du moins la " voie de la main gauche ", c’est-à-dire les rites tantriques sexuels. Dans certains écrits indiens, on trouve des descriptions de techniques sexuelles étonnantes, mais on ne sait jamais si elles doivent être prises à la lettre ou comprises de manière symbolique. Ils ne doivent pas être reçus au premier degré et ne peuvent être compris sans les commentaires traditionnels et la transmission orale.
" Réduire le tantrisme à la sexualité serait une aberration ", met en garde Pierre Feuga, professeur de hatha-yoga, qui après avoir étudié en Inde a écrit un livre particulièrement érudit : Tantrisme : doctrine, art, pratique, rituel (éditions Dangles). Le tantrisme, terme qui signifie doctrine, est l’une des multiples approches philosophiques de l’Inde. " Mais si j’enseigne, la métaphysique et la cosmologie tantriques, au bout d’un quart d’heure, tout le monde s’endort ", ajoute Pierre Feuga. Cette philosophie a d’ailleurs bien des points communs avec celle d’autres approches, notamment avec le yoga. Il est d’autant plus difficile de la résumer qu’on ne pratique pas le tantrisme de la même manière du sud au nord de l’Inde, qu’il existe une multitude de courants et d’écoles et que le tantrisme hindou n’est pas le tantrisme bouddhique, même si leur parenté est évidente. Leur inspiration commune se traduit par une autre vision du monde, centrée sur le corps et sur l’énergie amoureuse.
La grande figure du tantrisme, c’est le dieu Shiva inséparable de la déesse Shakti (shakti veut dire énergie), à la fois son épouse et sa dimension féminine. Le couple Shiva-Shakti, l’une de ces figures allégoriques dont l’Inde a le secret, représente à la fois l’unité primordiale et la double polarité masculine et féminine. Chacune de ces polarités a de multiples représentations qui peuvent être aussi bien ombre que lumière, création que destruction. Ces images traduisent aussi toute l’énergie du désir et de la passion.

Une approche par le yoga

Toute la force mais aussi toute la difficulté du tantrisme est là. Il propose de se servir des désirs, au lieu de les combattre ou même simplement de vouloir les maîtriser. En ce sens, on peut dire que le tantrisme est le contraire de toute forme de puritanisme. C’est une voie qui ne repose pas sur le contrôle de soi, mais sur la prise de conscience de notre unité fondamentale, unité du corps et de l’esprit, unité avec l’univers. À partir de cette conscience, la pratique du tantrisme a une incidence sur la sexualité, et des techniques spécifiques peuvent être enseignées. Mais ce n’est qu’un aspect secondaire de cette philosophie.

Peut-on vraiment pratiquer le tantrisme en Occident ? C’est sûrement difficile. Les maîtres tantriques, déjà peu nombreux en Inde, sont encore plus rares en Europe, si tant est qu’il en existe. Toutefois la pratique du yoga et de la méditation avec des enseignants formés selon des méthodes traditionnelles peuvent être une première étape dans une autre approche du corps et des émotions et avoir des incidences positives sur la sexualité. C’est tout particulièrement vrai du bouddhisme tibétain.
Le tantrisme est une composante fondamentale du bouddhisme tibétain. Il comprend de nombreuses techniques de méditation, axées notamment sur la visualisation de déités masculines et féminines et l’utilisation des mantras (travail sur le son). L’art tibétain représente couramment ces déités. Pourtant, elles sont considérées plus comme des images, des supports de méditation, que comme des divinités au sens que nous donnons habituellement à ce terme. Système complexe, les méditations tantriques sont enseignées en France dans les centres tibétains, mais cela ne se fait qu’après un parcours préalable sous la direction d’enseignants expérimentés.

Exploration sensorielle et conscience de l’instant

Daniel Odier enseigne le tantrisme hindou à Paris. Dans un livre de feu, Tantra : l’initiation d’un Occidental à l’amour absolu (éd. Lattès), il raconte comment il aurait été initié par une femme, maître tantrique, rencontrée dans les montagnes du Cachemire. Elle le soumet à d’innombrables épreuves, notamment une période de trois jours et trois nuits où il est laissé nu et seul en pleine forêt. Ces épreuves sont un travail sur les émotions, destiné à éveiller les sens, à " polir l’ego " et à pacifier le mental, pour arriver au sommet de cette initiation avec " maïthuna " : le rituel de l’union sexuelle sacrée. Le récit de cette union avec celle qui est son initiatrice a des accents érotiques qui rappellent le poème cité en entrée. Mais ce récit initiatique a des allures de mythe. Peut-être s’agit-il avant tout d’un récit symbolique, même si des éléments autobiographiques s’y mêlent étroitement. Daniel Odier explique d’ailleurs dans un second livre, Désirs, passions et spiritualité (éd. Lattès), que le rite de " maïthuna " n’est pratiqué qu’exceptionnellement et ne peut être utilisé qu’après une longue préparation. Et surtout, précise-t-il, il peut se faire, sans contact génital, par toute forme de relation sensorielle, par la voix, le regard, le toucher.

Malgré l’utilisation d’une symbolique érotique très suggestive, les pratiques tantriques ne peuvent se résumer à la sexualité. Elles sont d’abord un apprentissage de la double polarité masculine et féminine qui nous habite tous, que nous soyons hommes ou femmes. Daniel Odier les présente avant tout comme une exploration sensorielle, destinée à vivre la conscience de l’instant, l’intégration des émotions et de la pensée dans la vie quotidienne. Pour le tantrisme, la recherche effrénée d’une voie qui nous sortirait de nos problèmes est une illusion, seule l’acceptation de notre réalité avec ses ombres et lumières peut nous permettre de vivre en pleine conscience.
C’est dans cette perspective qu’il propose une autre approche de la sexualité, vécue comme une forme de méditation, où chaque partenaire apprend à vivre un sentiment d’unité profonde avec lui-même et avec l’autre. Des techniques spécifiques peuvent être utilisées pour favoriser cette approche : différentes formes de méditation, des massages… La respiration y est centrale et, à travers elle, un relâchement du corps et une prise de conscience des muscles du bas-ventre, du périnée, des organes génitaux. Hommes et femmes sont invités à approfondir l’orgasme, ce qui passe pour les hommes par une découverte de l’orgasme sans éjaculation. Il ne s’agit pas de maîtriser l’éjaculation, mais d’arriver progressivement à l’oublier, insiste Daniel Odier.

L’extase au-delà de la performance

Il met en garde contre les stages qui réduisent le tantrisme à un ensemble de techniques conduisant à l’extase et proposent des danses, massages et techniques énergétiques, agrémentés de différents rituels et d’un discours soi-disant spirituel. Tout cela relève du fantasme, s’il ne s’agit que de rechercher une sexualité plus performante. Si le tantrisme est un art de l’extase amoureuse, c’est toute la vie qui doit devenir une extase et cela par une prise de conscience de l’instant, de notre unité avec le monde, à tout instant et dans toutes les activités de la vie. La recherche de techniques d’extase est à l’opposé du tantrisme que Daniel Odier définit comme " spontanéité de l’extase ", selon le titre de son dernier livre (éd. Actes Sud).
Mais les intuitions tantriques bien comprises peuvent servir à nourrir la réflexion qui tourne autour du développement personnel, comme l’explique Paule Salomon dans son livre La Brûlante Lumière de l’amour (éd. Albin Michel). Un thème qu’elle reprend dans des séminaires de développement personnel sur la relation de couple et l’exploration des cinq sens.

Régis Pluchet

Publié dans Sexualité | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivre sa sexualité: Paradisiaques Aphrodisiaques

Publié par Impatient le 12 mai 2009

Les propriétés aphrodisiaques de certains végétaux sont rapportées,
à travers les âges et les traditions, sur tous les continents.
Mais les laboratoires pharmaceutiques les dénigrent.

"Quelles sont les véritables vertus du bois bandé, que l’on utilise à la Guadeloupe ? " demande Roger, d’Annecy sur le site internet www.adirs.org de l’Association pour le développement de l’information et la recherche sur la sexualité (Adirs).
Le Dr G.B. lui répond que cette préparation à base d’écorce de bois bandé, n’a pas " fait l’objet d’études scientifiques ". Puis il poursuit sa passe d’armes contre les plantes en général et le bois bandé en particulier.
" Son efficacité n’a jamais été prouvée, dit-il. En tant que médicaments, les seuls produits scientifiques testés sont les médicaments délivrés sur ordonnance. "

Il ajoute qu’il en va de même pour les " autres produits réputés pour leurs effets stimulants ". Ce site d’information du grand public est financé par les laboratoires Pfizer, qui fabriquent le Viagra. Cette société finance aussi l’important site universitaire de sexologie de l’AIHUS (Association inter-hospitalo-universitaire de sexologie). Cela s’appelle " verrouiller l’information ".

Ainsi, l’industrie pharmaceutique s’obstine à discréditer les végétaux qui pourraient concurrencer ses produits. Cela ne l’empêche pas de les étudier, par ailleurs, pour trouver de nouvelles molécules. Ce n’est qu’après les avoir brevetées à leur profit que les laboratoires daigneront en vanter les mérites.

Comment elles agissent

Les chercheurs se passionnent pour les plantes traditionnelles, y compris celles dites aphrodisiaques ou toniques. Les uns souhaitent en extraire les principes actifs. Quelques-uns veulent vérifier la véracité des traditions orales ou écrites. D’autres se passionnent pour la phytothérapie. Le succès commercial du Viagra ne justifie pas de jeter les plantes de nos grands-mères aux orties. Passionnés de plantes médicinales, Olivier de La Roque, botaniste, et son épouse Rachel Frély de La Roque, journaliste, ont parcouru les cinq continents, fouillé les traditions et passé au crible de l’analyse scientifique les principales plantes aphrodisiaques (Olivier de La Roque et Rachel Frély de La Roque sont les auteurs de La Vérité sur les plantes aphrodisiaques, éditions Librairie de Médicis). Ils distinguent des effets de plusieurs types :

provoquer une détente propice à l’amour, et favorable à l’érection chez l’homme ;

aiguiser les sensations ;

susciter le désir ;

générer une vasodilatation qui favorise la lubrification des organes génitaux chez la femme et l’érection chez l’homme ;

entraîner une " irritation " – ou échauffement – des muqueuses ;

activer la synthèse de certaines hormones.

Les pharmacopées indienne et chinoise offrent de nombreuses plantes dites " adaptogènes " : par leur richesse en composés actifs, elles visent à rétablir l’équilibre de l’organisme. Citons le ginseng, le schizandra chinensis, le whitania, etc. Les médecines orientales proposent aussi des plantes contre l’impuissance ou la frigidité. Olivier et Rachel de La Roque recensent une cinquantaine d’espèces en Asie.

les traditions orales

En Afrique, les traditions orales ont pu être consignées dans un livre comme Plantes utiles du Gabon, écrit au milieu du XXe siècle selon le manuscrit d’un missionnaire, l’abbé André Raponda-Walker. Regroupant une centaine de plantes, avec leur nom commun et leur utilisation, il mentionne comme " plantes de l’amour ", le yohimbé, la cola et l’iboga. " On peut extraire une cinquantaine de plantes d’origine africaine qui ont une utilisation traditionnelle aphrodisiaque, soulignent-ils. Certaines sont reconnues, d’autres sont encore en cours d’étude. "

Enfin, les pharmacopées européenne et américaine connaissent une dizaine de plantes aphrodisiaques, ainsi qu’une centaine de plantes excitantes ou toniques.
On pourrait voir le fruit du hasard ou de l’imagination dans le choix des végétaux considérés comme aphrodisiaques sur les cinq continents s’ils ne présentaient aucun point commun. Il n’en est rien. Mentionnées dans les traditions de peuples qui, situés au quatre points cardinaux, s’ignoraient, nombre de ces plantes agissent pour les mêmes raisons. Elles " renferment, pour la plupart, des alcaloïdes, composés fortement actifs contenant des molécules d’azote, à la forte influence reconnue sur le psychisme ", souligne Olivier de La Roque.

la mandragore

Certains aphrodisiaques contiennent des alcaloïdes dont le noyau est à base de tropanes (Les tropanes sont des substances voisines d’un neurotransmetteur, l’acétylcholine.). C’est le cas de la belladone (présente en Europe et en Afrique du Nord), du datura (Amérique et Europe), de la jusquiame ou Hyosciamus niger L. (Europe et Afrique) et de la mandragore (pourtour méditerranéen).

D’autre types d’alcaloïdes (dont les noyaux appartiennent aux groupes indoles et tryptamines) ont des effets psychiques marqués. On les retrouve aussi bien dans les aphrodisiaques de l’Afrique de l’Ouest, comme l’alchornea ou le yohimbé, que dans ceux d’Amérique du Sud, comme le queracho-blanco et les ipomea.
Certaines plantes stimulantes contiennent des alcaloïdes aux noyaux à base de purines. Ils sont présents dans le thé et le café, dans des aphrodisiaques comme la cola (Afrique de l’Ouest) ou le guarana (Amazonie).

Certaines plantes aphrodisiaques influenceraient même notre imaginaire érotique. Leurs alcaloïdes sont à base d’opiates et de carbolines. Ces substances excitent, stimulent, mais peuvent aussi aiguiser ou altérer la perception. Les opiates ressemblent aux endorphines et aux enképhalines que produit notre système neurologique. On en retrouve, au Gabon, dans l’iboga. Cette " boisson d’amour " peut provoquer des " érections pouvant se prolonger plus de six heures ", un " effet antidépresseur " et une " incitation au fantasme ". L’iboga renforce aussi la résistance. Nous recommandons toutefois la prudence à nos chers lecteurs car cette potion présente des effets secondaires parfois mortels !
Les tribus d’Amazonie, du Brésil à la Bolivie, connaissent une plante similaire, le " yage " ou Banisteriopis. Elle est tout aussi délicate à manier. Elle provoque une érection plus rapide et des orgasmes plus fréquents. Les effets de cette plante, tout de même périlleuse à manier, se produisent après une importante période de tremblements et de convulsions. Cela peut épouvanter le consommateur et faire fuir sa compagne.
Toujours dans cette famille, les phénéthylamines sont proches des noradrénalies. On en trouve dans le chocolat ou le cacao, ils favorisent la sécrétion d’hormones du plaisir, ou endorphines, au sein de notre système nerveux. Les phénethylamines sont également présentes dans l’ephedra, arbrisseau de Chine et de Mongolie, reconnu comme aphrodisiaque sous forme d’infusion depuis cinq mille ans.
Les alcaloïdes ne constituent qu’un des types de molécules impliqués dans cette pharmacopée. De nombreuses plantes traditionnelles aux vertus vasculaires et aphrodisiaques contiennent des composés phénoliques. Il s’agit par exemple de flavonoïdes pour des plantes comme le gingko biloba, la passiflore ou l’aubépine.
C’est aux principes actifs de la famille des lignanes que l’on doit l’activité " adaptogène " du ginseng de Sibérie. Des effets sédatifs s’y ajoutent avec le fruit aux cinq parfums (Schizandra chinensis), originaire du nord-ouest de la Chine.
Les shikimates sont présents, avec d’autres principes actifs, dans de nombreuses racines comme le gingembre (Asie du Sud) ou le kava-kava (îles du Pacifique).

stimulantes patates douces

Certaines plantes contiennent des hormones proches de nos hormones sexuelles. C’est le cas des patates douces (ipomea violacea et turbina corybosa). La première de ces plantes hallucinogènes (contenant aussi des alcaloïdes du groupe indole) est utilisée à faible dose pour stimuler la sexualité des femmes en Amérique du Sud.
De même, le palmier de Floride (Serenoa repens) contient des hormones similaires aux œstrogènes et un alcaloïde. Dans ses utilisations traditionnelles, ses graines, pressées, donneront un jus fermenté. " Il est proposé en cas d’impuissance pour maintenir les taux d’hormones sexuelles, précisent les auteurs. Cette plante agit en synergie avec d’autres remèdes naturels, car les principes actifs travaillent essentiellement sur la glande de la prostate. "
Maints aphrodisiaques n’ont pas livré leur secret. Bien des effets semblent liés à un mélange de substances actives agissant en synergie. " En fait, aucune matière première végétale ou animale ne serait susceptible d’influencer la libido ou les capacités sexuelles, concluent-ils. Mais il existe des plantes qui, en stimulant les sens, peuvent éveiller le désir sexuel, ou qui, stimulant les organes génitaux, peuvent stimuler les sens. "

Richard Belfer

Publié dans Sexualité | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Masturbation : Plaisir sexuel solitaire

Publié par Impatient le 12 mai 2009

La masturbation participe à la découverte des ressources
cachées de notre corps et de celui de notre partenaire.

La masturbation est une pratique qui consiste à induire le plaisir sexuel par l’excitation manuelle des parties génitales, de soi-même ou d’un(e) partenaire. Cette pratique des deux sexes et à tous les âges de la vie aboutit en général à un plaisir intense, l’orgasme. La masturbation chez l’enfant est davantage liée à l’exploration et à la découverte de son corps qu’à la recherche du plaisir. Et pourtant ce n’est pas si simple. Nos sociétés baignent dans une morale sexuelle née d’un mélange de médical et de religieux qui a durablement imprégné les esprits. En 1995, Le Lancet, célèbre revue médicale anglaise, écrivait encore : " Il est grand temps que la masturbation soit évoquée de manière ouverte comme une part du comportement sexuel humain. "

La masturbation a longtemps été condamnée. Nos ancêtres croyaient que la masturbation masculine pouvait limiter la capacité de procréer, ou encore que l’homme naissait avec une quantité limitée de sperme. Il ne fallait pas gaspiller la précieuse substance. Comme l’écrit dans Le Sexe pour les nuls le Dr Ruth Westheimer, sexothérapeute américaine, réputée pour ses émissions à la radio et à la télévision : " S’ils avaient su qu’un homme fabrique 50 000 spermatozoïdes par minute… " L’Église catholique la considère encore à l’heure actuelle " comme un acte intrinsèquement et gravement désordonné ". Au XVIIIe siècle, les médecins se rallient au religieux dans l’interdit et s’éloignent des écrits de Diderot, le philosophe : " Les raisons du recours à la masturbation sont l’apprentissage du corps, le célibat et la peur de la syphilis. " Au XIXe siècle, les médecins contribuent à diffuser des idées fausses justifiées par un discours médical : la masturbation peut mettre la vie en danger, en particulier celle des jeunes filles. Cette alliance du religieux avec le médical pour contrôler la sexualité et le plaisir des femmes produit des comportements aberrants : ablation ou insensibilisation du clitoris ont été pratiquées par des médecins. Que dire des pays ou les coutumes imposent encore l’excision…

Une meilleure maÎtrise de son corps

En ce début de XXIe siècle, on dispose désormais de grandes enquêtes – sida oblige -, sur la sexualité des Français. Elles permettent de mieux connaître les comportements sexuels des individus. La dernière nous renseigne sur la masturbation. Une grande majorité d’hommes la pratiquent contre une moindre de femmes. Seules 42 % d’entre elles disent s’être masturbé. Selon les chercheurs, les femmes oseraient moins parler de cette pratique. " Elles ont une vision romantique de l’amour et différencient peu le sexe de l’amour. " De plus, la dévalorisation du plaisir clitoridien – suite aux écrits de Freud et sa primauté de l’orgasme vaginal – a durablement marqué les esprits. Pourtant, la parole récente des femmes sur la sexualité a permis de réhabiliter le plaisir clitoridien, essentiel pour la plupart d’entre elles.

Ces enquêtes montrent aussi que les hommes la pratiquent plus souvent. Aujourd’hui, la masturbation réciproque a une place reconnue dans les jeux amoureux et nombre de couples apprennent à se connaître et découvrent l’orgasme grâce à elle. Les préjugés diminuent, aussi. Pourtant, se masturber seul(e) alors que l’on vit en couple apparaît encore parfois comme anormal. Où est-il écrit que le plaisir doit être partagé pour être légitime ? s’écriait, dans les années 60, le Pr Hénard, président de la Société française de psychanalyse. Le rôle de la masturbation n’est pas de remplacer une relation d’intimité avec une autre personne, expliquent les sexothérapeutes. Elle permet aux individus de gagner une meilleure maîtrise de leur corps et de savoir indiquer aux partenaires ce dont ils ont envie. La masturbation solitaire montre aussi la différence entre le sexe et l’amour. De plus, elle détend et aide à relâcher des tensions. Lors des périodes de célibat, elle permet de se sentir bien dans son corps. Bref, c’est une pratique à part entière.

Contrairement aux hommes qui la pratiquent essentiellement avec les mains et leurs fantasmes, les femmes hésitent parfois à se toucher de manière aussi intime. Certaines se servent d’un vibromasseur. Ce sont les médecins du XIXe siècle qui, pour soigner les femmes de leur hystérie, ont conseillé de les stimuler jusqu’au paroxysme, une sorte de thérapie par l’orgasme. En 1880, le Britannique Joseph Mortimer Granville invente un vibromasseur électromécanique pour faciliter l’orgasme médicalisé. Ensuite, ces appareils vont quitter le cabinet médical pour se retrouver dans les sex-shops. Les vibromasseurs sont différents des godemichés utilisés comme substituts du pénis. Leur utilisation est externe et essentiellement destinée à assurer une stimulation clitoridienne. Pourtant, ces jouets sexuels sont encore très dévalorisés et leur acceptation sociale laisse beaucoup à désirer…

Martine Laganier

Publié dans Sexualité | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’IMAGINAIRE ÉROTIQUE: Programme commun

Publié par Impatient le 12 mai 2009

L’imaginaire érotique peut être source de mieux-être, d’entente et de complicité. Mal utilisé, il engendre discorde et souffrance.
Question de mode d’emploi…

C’est un aphrodisiaque naturel. Il est gratuit comme l’air que l’on respire, à l’heure où le Viagra rapporte un billion de dollars par an aux laboratoires Pfizer (Chiffre cité dans les médias anglosaxons et francophones). Avec nos cinq sens, notre imagination reste le plus puissant des aphrodisiaques.

Le corps, les sens et l’imagination

" Ce n’est pas le corps d’un homme qui le rend désirable ", écrit l’antillaise Jamaica Kincaid (Autobiographie de ma mère, J. Kincaid, 1997, éd. Albin Michel.). C’est par exemple tout ce qu’elle imagine à partir de ce qu’elle sait de lui. " C’est ce que ce corps pourra me faire ressentir lorsqu’il me touchera, c’est là qu’est le frisson : penser à ce que son corps me fera éprouver… " Cette part imaginée peut jouer un rôle central dans l’intensité du désir. C’est pourquoi le meilleur amant, la meilleure maîtresse ne l’est, dit-on, ni pas sa beauté, ni par sa technique.

L’imaginaire érotique n’est jamais loin de l’amour et de la passion. Chacun de nous possède donc une sorte de carte du désir qui lui est propre. Nous réagissons plus à certaines choses qu’à d’autres. "L’imaginaire est pour beaucoup l’essence de l’érotisme, explique Willy Pasini, fondateur de la Fédération européenne de sexologie et enseignant de psychiatrie et de psychologie à l’université de Genève. Pour d’autres, les sensations physiques et le corps passent au premier plan. Parmi les femmes et les hommes qui réagissent davantage à partir des sens, l’excitation sexuelle peut partir du toucher ou de la vue : ils seront sensibles à une caresse ou à une silhouette. Quelques-uns diront d’une personne qu’elle a une voix magnifique, ou bien a une odeur qui leur plaît. Pour d’autres, au contraire, l’imagination reste le moteur de l’érotisme." Ce sont alors, par exemple, des images, comme les seins d’une femme, ou des situations, comme regarder une femme se masturber, auxquels certains hommes seront plus sensibles.

De petites choses peuvent embraser notre imaginaire. Il suffit d’"une idée jamais exprimée ou d’un acte accompli en secret ", écrit l’Américaine Sallie Tisdale dans un essai sur l’érotisme, le puritanisme et le féminisme (Parlons cul – contre l’hypocrisie puritaine, S. Tisdale, 1997, éd. Dagorno). Elle tente de déchiffrer notamment ces fantasmes qui nous habitent sans que nous puissions toujours parvenir à savoir d’où ils viennent et pourquoi. Souvent issus d’instant fugitifs anciens, ils sont le produit de l’imaginaire et des situations de l’enfance. " Un parfum, écrit-elle encore, un bruit, le galbe d’une jambe évoluent au fil du temps pour donner naissance à une passion érotique pour la chevelure, le cuir ou les escarpins vernis noirs. "
L’imaginaire érotique implique bien plus d’images et de situations que les seuls stéréotypes de la pub et de la pornographie. Il peut aider à se laisser aller et à voyager mentalement, afin que l’acte sexuel ne se transforme pas en une simple performance physique.
L’imaginaire sert le désir, selon Willy Pasini, lorsqu’il joue un rôle de préliminaire, quand il fait naître et alimente une certaine fantaisie dans des circonstances banales de la vie. Vous pouvez faire appel à votre imagination pour favoriser l’excitation. Elle peut être précieuse quand le surmenage, la fatigue et le manque de temps minent l’intimité du couple. L’imaginaire est alors une sorte d’aphrodisiaque naturel, sans qu’il soit besoin de Viagra, ni même de plantes médicinales.
" Je ne vois pas passer nos soirées, explique Gilles, informaticien et marié. Cela prend du temps de parler des contrariétés du travail et des devoirs des enfants, d’attraper au vol les actualités télévisées, de faire la vaisselle, de donner quelques coups de téléphone et de préparer ou ranger des dossiers… " Quand le couple peut se retrouver enfin tranquille, il est onze heures ou minuit. " C’est frustrant parce qu’à cette heure-là, on est vanné, dit-il. Il nous arrive de nous caresser le matin. Mais on s’arrête parce qu’il faut aller bosser. Il m’arrive d’avoir envie d’elle dans la journée, ou bien en rentrant le soir. Mais à minuit, plus rien ! La fatigue l’emporte. "
Certains soirs, Gilles ou sa compagne décident de ne pas laisser la fatigue l’emporter. " Chacun connaît maintenant les petits secrets de l’autre… ce qui le fait réagir… Mieux vaut dès lors échanger un peu d’allusions érotiques et de caresses que l’éternel reproche fait à l’autre de ne pas avoir su finir sa journée assez tôt. "

Quand l’imaginaire choque

Il reste que notre imaginaire n’est pas toujours simple à manier. " Fondamentalement, l’imagination autorise ce que la bonne éducation interdit, observe Willy Pasini. La vie à deux est fondée sur la permanence de sentiments stabilisants et horizontaux – la confiance, l’estime, la tendresse, la complicité, le respect de l’autre. " (La Force du désir, de Willy Pasini, 1999, éd. Odile Jacob) L’imaginaire érotique peut bousculer cela. Il peut mettre en scène des rapports relevant davantage de la domination et de la soumission, qui peuvent paraître contraires à l’éthique quotidienne d’un couple. C’est un domaine délicat. Il faut tout de même distinguer la rêverie du passage à l’acte institué par un individu comme un droit. Il reste à comprendre le sens de ces fantasmes. " L’imaginaire a pour rôle, ici, de permettre de retrouver cette dimension plus archaïque qui, si elle était mise en œuvre dans la réalité, rendrait la vie à deux impossible. " Une part de notre imaginaire érotique est en effet constituée d’impressions souvent anciennes, de rêves diffus dont la symbolique et le sens nous échappent de prime abord.
Dans L’Empire des femmes, Nancy Friday fait état de confidences de femmes qui, cette fois, s’imaginent en séductrices ou en dominatrices (L’Empire des femmes, N. Friday, 1993, éd. Albin Michel.). Elles s’inventent des histoires où elles séduisent leur chef de service, vivent des rapports avec plusieurs hommes en même temps ou provoquent des érections non désirées.

Peut-on partager ses fantasmes ?

" Les fantasmes doivent-ils ou non être racontés à l’autre ? se demande Willy Pasini. Là encore, il n’y pas de règle fixe. " On dit que certaines idées érotiques sont excitantes parce qu’elles sont secrètes : leur révélation risquerait de faire disparaître leur effet. Nancy Friday raconte que plusieurs de ses fantasmes érotiques ont perdu leur pouvoir d’excitation depuis qu’elle les a couchés dans ses livres.
" Certains sexologues conseillent de garder ses fantasmes pour soi, explique Willy Pasini. Les partager peut s’effectuer dans une ambiance qui n’a rien d’érotique. " Le conjoint peut ne pas apprécier, par exemple, les intrusions, dans le lit conjugal, d’inconnus n’ayant pas plus à voir avec le réel qu’avec lui. " Une femme peut être gênée d’apprendre que, pour la pénétrer, son partenaire pense à une autre femme, dit Willy Pasini. Hier, j’ai rencontré une femme qui pense à des femmes pendant les rapports avec son mari. " C’est le mari, qui, dans ce cas, peut ne pas apprécier.
À l’opposé, certains couples, comme Gilles et sa compagne, parlent volontiers de leurs rêveries excitantes. C’est une sorte de " cinéma en chambre " qu’ils ne partagent qu’entre eux. Chaque couple fera donc à sa façon. Les productions de l’imagination peuvent toutefois susciter des difficultés…

Repères et limites

Lise et son époux, avec lequel elle s’entend bien, sont mariés depuis douze ans. " Depuis quelque temps, pendant nos rapports sexuels, confie-t-elle, nous nous laissons aller à imaginer que nous avons entre nous, physiquement, une amie. " Lise, dans son fantasme, demande à son mari de faire voir à cette amie comment ils font l’amour. Lui voudrait surtout caresser sa poitrine plantureuse. Lise
a même confié à cette amie la fascination de son mari pour ses seins. "

Le fait qu’un couple ait des fantasmes communs et qu’il trouve le temps et le lieu pour se les confier, cela peut être un jeu privé attrayant ", remarque Willy Pasini. Un couple peut gérer, comme fantasme, l’allusion fugace à une tierce personne, qu’elle soit réelle, imaginaire ou vue à la télé. Cela fera partie d’un préliminaire érotique. Cela se complique quand on en parle ouvertement hors de la relation de couple. Les protagonistes concernés peuvent mal le vivre. " Il vaut donc mieux ne pas en parler, même par allusion ".

Mariée depuis cinq ans avec un " mari merveilleux ", mère de deux petites filles, une autre femme confie à Willy Pasini qu’elle signe ses lettres " L’amoureuse ". Pourtant, elle ne peut s’empêcher de penser à d’autres hommes. Même s’ils ne " l’intéressent pas " vraiment. " Parfois, je réussis à m’exciter uniquement en imaginant que je fais l’amour avec quelqu’un d’autre, le premier qui me passe par la tête, dit-elle. Mais j’aime vraiment mon mari : la seule idée de le trahir me met mal à l’aise. " Le fait de penser à d’autres personnes, réelles ou imaginaires, pendant qu’on fait l’amour, est un comportement courant, selon Willy Pasini. Il reste toutefois préférable que le personnage imaginaire, à un certain moment, disparaisse de la scène. " Car si le fantasme persiste jusqu’à l’orgasme, conclut le président de la Fédération européenne de sexologie, cela signifie alors que quelque chose est en panne dans le couple. "

Richard Belfer

Publié dans Sexualité | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.